Chargement en cours
Ma sélection

Lot 39 - CESAR (1921-1998) - Scorpion, 1954 - Bronze soudé signé sur la terrasse,[...]

Adjudication sur abonnement

> Voir les offres Premium

CESAR (1921-1998)
Scorpion, 1954
Bronze soudé signé sur la terrasse, numéroté 8/8 et marqué du cachet de fondeur Barelier
57 x 66 x 25 cm - 22 1/2 x 26 x 9 3/4 in.
Bronze signed on the base, numbered 8/8 and stamped Barelier
Un certificat rédigé par l’artiste sera remis à l’acquéreur.
Cette oeuvre est référencée dans les archives de Madame Denyse Durand-Ruel sous le n° 3969.

Provenance
Collection privée, Paris. Acquis en 1993


César
Né à Marseille en 1921, dans une famille modeste d’origine italienne, César écrira plus tard : «Je suis fondamentalement un autodidacte absolu ».
Il intègre néamoins en 1943 l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, aux côtés d’Albert Féraud et de Philippe Hiquily.
Peu fortuné, il oriente rapidement ses recherches vers des essais de soudure et réalise ses premières sculptures en ferrailles en utilisant des matériaux de récupération peu coûteux qu’il récupère dans les décharges de ferraille : des tubes, des boulons, des vis se muent, sous ses doigts habiles, en insectes et animaux.
Il se lance en 1954 dans une véritable série de sculptures, faisant jouer habilement les différentes facettes que présentent les matériaux métalliques grâce à son extrême créativité. Par soudage de déchets de métaux, César érige une sculpture classique dont il contraint les formes en fonction du choix du matériau sélectionné.
Classicisme et modernité inexplorée se confrontent dans ces œuvres originales dont le résultat est expressif et texturé.
Une force inégalée ressort de ses créations, comme le témoigne le Centaure monumental qui domine la place de la Croix Rouge au cœur de Paris.
En 1954, il obtient le Prix "des Trois Arts" à l’École des Beaux-Arts pour "le Poisson", sculpture en fer. C’est également à cette époque qu’il installe son atelier à Villetaneuse, dans la banlieue nord de Paris. Retiré alors dans cette petite usine, il explore toute la richesse des formes de la ferraille à partir de laquelle il fera naître un bestiaire fantastique.
Les deux bronzes nous présentons, érigés en 1954 et 1955, sont deux œuvres représentatives de sa série métallique.
L’artiste semble s’intéresser à la réduction de forme, à travers une surprenante accentuation sur la tension des gestes. On ressent une véritable force qui anime véritablement les postures de ces animaux imaginaires.
Ces œuvres fantastiques et aussi naturalistes semblent alors consacrer César comme héritier d’une histoire de la sculpture dans laquelle il puise son inspiration.
Il y appose les aménagements industriels de son époque dans parfaite harmonie esthétique qui fait de lui le précurseur de la modernité de la sculpture.

Born in 1921, into a modest family of Italian origin in Marseille, César later wrote: "I am fundamentally an absolute autodidact."
In 1943, he nonetheless joined the National School of Fine Arts in Paris, alongside Albert Feraud as well as Philippe Hiquily.
Not very wealthy, he quickly turned his efforts to welding and made his first sculptures in iron with inexpensive, used materials retrieved from scrap yards. Tubes, bolts, and screws turned into insects and animals in his agile hands.
In 1954, he launched into a full series of sculptures, by skillfully making use of his metallic material’s different facets with great creativity. By welding metal waste, César created classical sculpture in forms constrained by selected materials. Classicism and unexplored modernity met in these original works with an expressive and textured finish.
Unparalleled strength springs from his creations, as shown by the monumental Centaur which dominates the Red Cross square in the heart of Paris.
In 1954, he won the "Three Arts" Prize at his School of Fine Arts for his iron “Fish" sculpture. It was also at this time that he set up his studio in Villetaneuse, in the northern suburbs of Paris. Secluded in this small workshop, he explored the wealth of scrap metal shapes from which he was to create a plethora of fantastic beasts.
The two bronzes we are presenting were erected in 1954 and 1955, and are two highly representative works of his metal series. The artist appears interested in formal reduction through particular emphasis on taut gesture.
One feels a force that truly drives through the postures of these imaginary animals. These fantastic as well as naturalistic works appear to confirm César as heir to the history of sculpture from which he drew inspiration.
He seized industrial developments of his time in perfect aesthetic harmony, which makes him a precursor of modern sculpture.

Demander plus d'information

Thème : Sculptures Ajouter ce thème à mes alertes